Biographie

Voici la biographie du groupe Sniper, aussi complète que possible… 

La genèse de Sniper remonte à l’édition 1997 des Francofolies de La Rochelle. C’est là que DJ Boudj et les trois rappeurs Aketo, El Tunisiano et Blacko, se rencontrent et décident de former un groupe, qu’ils appelleront tout d’abord Personnalité suspecte. Ils abrègent ensuite ce nom en persni pour finalement aboutir à Sniper   El Tunisiano, originaire de Deuil-la-Barre(95) et fondateur du groupe Sniper, intègre à 16 ans M Group qu’il quitte en 1997 pour rejoindre le collectif Comité de Deuil, dans lequel il rencontre Blacko.   Aketo est aussi originaire de Deuil-la-Barre et avait intégré à l’âge de 13 ans le Comité de Deuil. M Group lui offre sa première apparition discographique sur le mini album Tu disais quoi ? Blacko est né à Montfermeil et possède un passé déjà chargé dans le milieu du rap ; KDM, Kaotik, Comité de Deuil, Personnalité Suspecte, où il développe ses facilités pour le reggae hip-hop. Les quatre membres forment un groupe complémentaire : Aketo et El Tunisiano développent plutôt un style rap, Blacko privilégie une approche plus proche du reggae, tandis que DJ Boudj s’occupe des scratchs Ils ont débuté en faisant quelques apparitions sur diverses mixtapes et compilations telles que The Power of Unity puis Première classe et B.O.S.S. (Exercice de style). Cependant, leur carrière débute vraiment en janvier 2001, avec la sortie de leur premier album, Du rire aux larmes, sous le label Desh Music.  Le titre de cet opus résume assez bien la philosophie de la formation : un mélange d’humour (cf. une joute verbale entre Aketo et Tunisiano) et de textes plus sérieux (Pris pour cible), coulés dans des tempos variés mais toujours énergiques. 

Leurs thèmes de prédilection se retrouvent dans la vie de tous les jours : le racisme, les sorties, les filles, … Ils ne délaissent pas le rap revendicatif mais évitent de verser systématiquement dans le cliché qui contribuent à faire du rap une musique de ghetto.  Au printemps 2003, le groupe récidive avec un album plus mûr, « Gravé dans la roche ». Cet opus traite de nombreux sujets comme le conflit israélo-palestinien avec Jeteur de pierres, le réchauffement de la planète sur Visions chaotiques ou le désœuvrement de certains jeunes dans Trop vite. Les titres plus légers ne sont pas oubliés notamment Processus 2003 et Recette maison Inutile de citer les singles plus connus comme Sans (re)pères et Gravé dans la rocheLe 22 mai 2006, Sniper revient sur la scène du rap français et leur album se place n°1 des ventes, en l’espace de quelques semaines à peine après sa sortie. 

Cependant, le groupe a changé. En effet DJ Boudj, qui prenait place aux platines depuis le 1er album « Du rire aux larmes » a quitté Sniper. Les raisons n’ont pas été détaillées mais il s’agirait de « querelles, disputes, comme dans n’importe quelle famille » explique l’un des membres toujours actif, du groupe.

À ce moment là, le groupe a marqué une nette évolution atteignant une certaine maturité dont les prémisses étaient déjà perceptibles dans leur second album « Gravé dans la roche ». En outre, et malgré des poursuites judiciaires, leurs textes se montrent extrêmement engagés. Leurs fans qualifient leurs chansons de « réalistes »  et les Sniper clament la tolérance au détriment de la violence, bien que certains de leurs textes soient justement décriés pour leur violence, et controversés.  « Ils auront le feu car ils ont semé la haine, qu’on les brûle, qu’on les pende ou qu’on les jette dans la Seine” Y a des meufs graves, qui tisent et qui bédavent, nymphomanes qui s’font ner-tour par plus de 20 mecs dans les caves”. 

En trois albums, les Sniper ont convaincu certains fans de rap, en France, en s’intéressant à de nombreux sujets, tous aussi différents les uns que les autres, tels que la religion, les conflits internationaux comme Irak-USA, Palestine-Israël, ou encore l’amour, le respect, la rancune, les différentes injustices & inégalités, l’immigration, la vie difficile dans les banlieues, le vrai/faux rêve de l’occident, le racisme, etc.  Le groupe subit des influences hétéroclites : du rap à l’ancienne, notamment sous l’influence d’Aketo, des textes en arabe, chantés par El Tunisiano, mais aussi par la touche de reggae qu’apporte Blacko Le groupe envisagerait une dernière tournée, après ce dernier album, puisque les trois artistes se séparent et se dirigent vers une carrière solo.  Ce groupe a eu plusieurs démêlés avec la justice, notamment pour les paroles de chansons telles que La France mais aussi une chanson sur le conflit du Proche-Orient Jeteur de pierres. Le groupe fut relaxé par le tribunal de Rouen pour le titre « La France » mais fut également accusé d’antisémitisme à travers leur second album traitant du conflit israélo-palestinien provoquant notamment l’ire des organisations pro-juives. Le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, les a qualifiés de « voyous qui déshonorent la France ».  Extrait du journal Le Monde: Les tribunaux insistant sur la dimension symbolique du rap qui, comme le signifiait en décembre 2005 la cour d’appel de Rouen à l’égard de Sniper, « ne reste avant tout qu’un mode d’expression utilisé par l’auteur pour exprimer la désolation et le mal de vivre des jeunes de banlieues ».  Ils s’expliquent dans une chanson de leur dernier album La France (itinéraire d’une polémique) dont le refrain est proche de celui qui leur a valu des poursuites : 

« La France est une garce et on s’est fait trahir
Le système voilà ce qui nous pousse à les haïr,
La haine c’est ce qui rend nos propos vulgaires
On nique la France sous une tendance de musique populaire

On est d’accord et on se moque des répressions,
On se fou de la République et de la liberté d’expression.. »

12094sniper1.jpg



Autres articles

  • 08/09/2007:
  • 08/05/2007:

Répondre

Harmonie de Ventron |
pour tte les fans de tokio ... |
moichuimoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amy et AL
| Bienvenue dans le monde des...
| BG-one